Accueil Piano News » CD » Chroniques » Perles croates

Perles croates


La masse assez impressionnante de sorties discographiques dévolues au piano est l’occasion parfois de jolies surprises. CPO poursuit ainsi sa vaste exploration de l’œuvre de Dora Pejacevic (1885-1923), musicienne croate complètement inconnue il y a quelques années encore (son nom ne figure même pas dans le dictionnaire de Baker/Slonimsky), qui ignora les grands créateurs de son temps (Debussy, Schönberg…) et écrivit dans un style largement redevable au romantisme.

De ce beau tempérament artistique - certes pas génial, contrairement à ce que voudrait nous faire croire l’auteur exalté de la notice - on évitera les pesantes sonates. C’est dans les formes brèves, plus modestes, que cette aristocrate, amie de l’écrivain Karl Kraus, se révèle inspirée, telles les fraiches Blumenleben ou les piquantes Valses-Caprices. L’ensemble n’est pas d’une qualité égale mais il faut avoir écouté deux joyaux : une fort prenante Trauermarsch (qui évoque, avec le même sentiment de fatale grandeur la Marche des Bunte Blätter de Schumann) et l’admirable Gondellied, à l’expression tendrement intimiste.

Interprétation d’une chaleur et d’une intériorité exemplaires de Natasa Veljkovic, qui remporta en 1985 à l’âge de dix-sept ans le Concours Clara Haskil, devant Philippe Cassard et Huseyn Sermet et qui, depuis, s’était fait bien discrète. Une pianiste remarquable au service d’une compositrice très attachante.

B.B.

Dora Pejacevic : l’œuvre complète pour piano. Natasa Veljkovic (piano). CPO (2 CD).

0 commentaire