Accueil Piano News » CD » Chroniques » Les voix singulières du piano russe

Les voix singulières du piano russe


La belle initiative ! Le label Fondamenta a convié deux personnalités du piano russe, méconnues en France. Professeur de Daniil Trifonov, Tatiana Zelikman - dont la carrière a souffert d’une blessure à la main - propose un programme intimiste. Un art de l’épure tout en subtilité et concentration, une capacité peu banale à « capturer » le son, un chant pleinement épanoui, placent Couperin, Mozart et Schumann sous le signe de la méditation. Et quelle manière de timbrer les Variations de Haydn ! Aucune page virtuose, mais un voyage au cœur même du mystère de la musique, d’une beauté plastique indéniable. Une bizarrerie : une œuvre non indiquée sur le livret, au cœur de la dernière plage, après quelques minutes de silence...

Le disque de Vladimir Tropp, enseignant à l’Institut Gnessin et au Conservatoire de Moscou, auteur de nombreux enregistrements pour Denon, bénéficie, lui aussi, d’une superbe prise de son, chaleureuse, avec beaucoup d’ampleur et de présence. Et l’éditeur inclue là encore deux CD, l’un pour les systèmes haute-fidélité, l’autre pour un usage « mobile » (ordinateur, voiture). Tropp chemine à travers quelques sentiers secrets de la musique russe. On a certes connu Fantaisie de Scriabine plus éclatante et fébrile ; pas sûr d’en avoir entendu d’aussi tenue et solidement charpentée. Un Nocturne du même compositeur aiguise notre curiosité. Le plus rare (trois Pièces op. 31 du grand Medtner) rejoint le célèbre (Variations Corelli et Prélude en ut dièse mineur de Rachmaninov). Avec toujours une hauteur de vue et une densité sonore peu communes. Merci au directeur du label, Frédéric D’Oria-Nicolas, d’avoir porté à notre connaissance la voix singulière de ces deux artistes.

Bertrand Boissard

Tatiana Zelikman, « from Couperin to Schumann ». Vladimir Tropp, “Russian Recital”. Deux enregistrements Fondamenta.

0 commentaire