Accueil Piano News » CD » Parutions » Réédition d'enregistrements de Maria-João Pires, Hélène Grimaud, Magda Tagliaferro, Marie-Claire Alain, Daniel Barenboïm, François-René Duchâble et Nicolaï Lugansky dans la série Erato Story

Réédition d'enregistrements de Maria-João Pires, Hélène Grimaud, Magda Tagliaferro, Marie-Claire Alain, Daniel Barenboïm, François-René Duchâble et Nicolaï Lugansky dans la série Erato Story


Renaissance en forme de feux d’artifice, pour la célèbre maison que Michel Garcin marqua de son empreinte : 7 rééditions simultanées, issues du riche catalogue de la firme et présentées par Pierre-Yves Lascar, se destinent aux amoureux du clavier.

Gravées en l’Eglise Saint-Merry, les pièces (alors méconnues) de Bach que Marie-Claire Alain choisit pour son premier disque ont formé la toute première parution officielle d’Erato, il y a exactement 60 ans – collaboration qui s’avéra exceptionnelle, puisqu’elle donna naissance à pas moins de trois intégrales de l’œuvre du Cantor, et propagea dans le monde l’art de la grande organiste.

Premier Prix chez Marmontel fils (1906), grande figure musicale de l’entre-deux-guerres, Magda Tagliaferro (1893-1986) enregistra un « récital français » en 1961 à Paris : Idylle et Scherzo-Valse de Chabrier, Le retour des muletiers de Séverac, un extrait du Rossignol éperdu de Reynaldo Hahn, Etude en forme de valse de Saint-Saëns, Pour le piano, deux Arabesques et L’Isle joyeuse de Debussy. Cet album pionnier précéda l’anthologie française de Jean Doyen (« De d’Indy à Roussel », 1967-68), les gravures illustres de Monique Haas (Ravel, Debussy), Jean Hubeau (Fauré), Annie d’Arco (Mendelssohn), en attendant que la jeune garde ne relève le flambeau : Anne Queffélec ou François-René Duchâble, qui, à l’été 1980, pour graver les Etudes de Chopin, fait transporter dans une salle du Musée Guimet un Bösendorfer impérial choisi chez Daniel Magne, alors tout juste implanté avenue Raymond Poincaré.

C’est avec curiosité que l’on redécouvre ces 3 concertos de Bach (ré mineur, la majeur, fa mineur), interprétés par Maria-João Pires en 1974 sous la baguette d’un Michel Corboz placé à la tête de l’orchestre de la Fondation Gulbenkian. Liée à Erato pendant près d’une quinzaine d’années, cruciales dans son évolution personnelle, la pianiste portugaise avait débuté au disque chez Denon, comme sa consœur Hélène Grimaud, dont reparaissent aujourd’hui le Concerto en fa de Gershwin et le Concerto en sol de Ravel (David Zinman, Baltimore, 1997).

Prolongement pianistique naturel d’une collaboration qui avait été entamée sur le plan orchestral (l’ancien directeur musical de l’Orchestre de Paris succédait alors à Solti à la tête de l’Orchestre de Chicago), l’album schubertien que signe Daniel Barenboïm fut capté sur le vif, à Vienne, les 21 et 22 décembre 1992, dans la salle du Musikverein : Impromptus op. 142 et Sonate D. 960.

Fermant la boucle de cette première salve, 4 Sonates de Beethoven (op. 10 n° 3, op. 54, op. 27 n° 2, op. 57, Berlin, studios Teldex) par Nicolaï Lugansky, dont les Etudes de Chopin, parues en 2000, constituèrent l’un des derniers succès commerciaux de la maison avant que Warner n’en acquière le catalogue.

 

Erato 0825646330720, 0825646328413, 0825646334421, 0825646333110, 0825646332809, 0825646, 0825646334728, 0825646334759

 

0 commentaire