Forums » Technique et interprétation

Hanon, oui ou non ?

    • 10 message(s)
    9 novembre 2013 10:49:09 CET

    Bonjour,
    J'ai entendu il y a quelques mois une émission du pianiste Philippe Cassard dans laquelle il disait très clairement qu'il valait mieux éviter les exercices de Hanon, que leur étude n'apportait rien.

    J'aimerais beaucoup avoir d'autres avis sur la question car Hanon et Czerny c'est un peu mon passage obligé lorsque je me mets au piano.

     

    • 1 message(s)
    9 novembre 2013 11:11:48 CET

    Hanon?  Ah Non.

    A mon a avis il faut un minimum de Hanon, mais vraiment pas trop, car ça devient trop monotone. Je préfère des études de Czerny bien ciblé...

    Hector.

     

    • 10 message(s)
    12 novembre 2013 15:49:43 CET

    Quels sont selon vous les bienfaits des exercices de Hanon ? Qu'entendez-vous par un mininum, faut-il étudier Hanon durant les premières années de piano puis arrêter ?

  • 15 décembre 2013 12:52:03 CET

    Bonjour, super ce site !!

    Alors, le problème du Hanon, c'est qu'il ne fait jouer que sur les touches blanches.

    Ca reste un incontournable dans l'apprentissage du piano pour délier les doitgs

    J'aime bien "Les heures du Matin de Czerny "aussi C'est court, et efficace

     

    Mais la technique on la trouve dans les morceaux aussi.

    • 10 message(s)
    15 décembre 2013 13:04:31 CET
    Ah oui en effet, je n'avais pas réalisé ce détail essentiel.
    Comment une méthode qui a eu autant de succès pendant des décennies peut se limiter aux touches blanches ? C'est presque inconcevable !
    Vous avez raison, c'est vrai que l'on peut travailler la technique directement dans les morceaux mais la grande difficulté est de travailler de manière constructive. Avec Hanon ou Czerny, on a l'impression que le travail est mâché, que le chemin pour surmonter une difficulté est en quelque sorte tracé.
    • 19 message(s)
    15 décembre 2013 13:36:00 CET

    Mais il me semble que dans l'intro, l'auteur suggère de transposer les exercices dans les 12 tons!

    Personnellement, j'essaye de le faire travailler à mes élèves débutants déjà bien motivés.

    Mais il me semble que l'idée de "gymnastique pianistique" ne déplaît pas tant que ça aux élèves.


    Ce message a été modifié par Marc Manoël le 15 décembre 2013 13:36:23 CET
    • 149 message(s)
    15 décembre 2013 13:43:26 CET

    Votre remarque est judicieuse Marc. Mais il est inutile de les transposer dans les douze tons puisqu'ils couvrent déjà toute l'échelle diatonique. Il suffit donc de les transposer au demi-ton (en commençant par exemple sur un do# au lieu d'un do) pour les jouer dans toutes les tonalités.

  • 15 décembre 2013 16:35:00 CET

    Ah vous aussi êtes prof de piano, Marc ?

    J'enseigne sur l'ile de la Réunion après avoir longtemps exercé en Métropole

     

    Bien à vous et courage car dès fois il en faut une sacrée dose  !!

    Catherine

    • 7 message(s)
    18 décembre 2013 11:57:07 CET

    J'ai fait pas mal de Hanon quand j'ai repris le piano il y a 5 ans. Et il faut prendre ces excercices pour ce qu'ils sont, et non pas comme une oeuvre musicale; je trouve que c'est pas mal pour travailler des difficultés techniques spécifiques.

  • 18 décembre 2013 15:26:57 CET

    Maintenant on donne beaucoup les "A dozen a Day " C'est très complet et il y a plusieurs degrés , livre rose, bleu, vert adaptés aux niveau, débutant 1, 2 etc.. Tout y est, croisement de mains, sauts d'octaves, notes tenues etc etc...

    • 2 message(s)
    23 décembre 2013 16:46:12 CET
    Le HANON et le CZERNY sont des méthodes que tout pianiste débutant ou confirmé à travaillé un jour ou l'autre. Pour ma part je préfère travailler ma technique à travers un œuvre, car tout exercice â mon avis doit être avant tout musical et renforcer notre acuité artistique.
    • 149 message(s)
    24 décembre 2013 10:08:42 CET

    Je partage votre avis Jean Marc. J'ai pu constater qu'il était bien plus profitable de travailler les difficultés techniques directement dans les morceaux, cela leur donne un sens musical qu'elles n'ont pas lorsqu'elles sont travaillées indépendamment.

    • 6 message(s)
    20 janvier 2014 10:47:15 CET

    Pour les exercices, je suis pas trop pour Hanon, mais je vote pour les 51 Exercices de Brahms (à ne pas joueren intégralité, car c'est difficile et pas très bon pour certaines mains ), mais ils sont vraiment très jolis, et agréable à travailler, et font réellement progresser. Mais le mieux étant de les étudier avec un professeur qui connait ces exercices, pour ne pas tomber à côté ou prendre de mauvaises habitudes ! :)

    • 19 message(s)
    20 janvier 2014 13:57:35 CET

    Les exercices de Brahms sont effectivement très intéressants, mais beaucoup plus difficiles à aborder que Hanon.

    J'essaye un peu le Hanon avec quelques élèves débutants ou qui ont des soucis techniques. J'ai également proposé les Brahms à un élève qui vient de les acheter.

     

    Bonjour à Catherine de la Réunion. Effectivement, il arrive que ce soit difficile avec certains élèves, mais parfois aussi passionnant avec d'autres...

    • 6 message(s)
    20 janvier 2014 14:44:13 CET

    Pour les enfants, je préfère donner les etudes  de Ludwig Schytte, qui sont assez courtes, faciles à lire, à entendre, mais sont très musicales, donc c'est très bien pour l'élève et pour le prof. Et on peut les transposer assez aisément, si l'élève a une bonne oreille, ou bien s'il a besoin de faire travailler celle-ci :)

    Et puis en recueil de technique , j'aime énormément celui de Berringer, que je trouve beaucoup complet et varié par rapport au Hanon.

    On peut piocher vraiment selon les besoins du moment, et il est aussi bon pour les petits que pour les grands !

    • 25 message(s)
    21 janvier 2014 14:17:30 CET

    @ Bonjour Marc, "gymnastique pianistique", j'ai des doutes, je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire par ce terme. Vous pensez qu'il est nécessaire de faire de la "gymnastique pianistique" pour apprendre à  jouer et que ce soit beau à entendre ?

    • 19 message(s)
    21 janvier 2014 17:11:41 CET

    Il y a des choses belles et faciles, et d'autres belles et difficiles.

    C'est toujours plus intéressant de pouvoir choisir...

     

    Et je pense qu'il est très rare de pouvoir faire de belles choses sans entraînement, ou de permettre aux enfants d'apprendre à bien jouer uniquement en leur expliquant que c'est beau...

     

    Il me semble bien difficile de définir à coup sûr ce qui est beau, et pour qui...

     

    Moi, j'ai des jeunes élèves Qui aiment bien l'idée de s'exercer, d'arriver à jouer un peu vite, de devenir forts au piano.

    Dois-je les dissuader en leur disant qu'il ne faut pas jouer ça parce que ce n'est pas beau??

    J'ai eu aujourd'hui une élève adulte qui m'a dit qu'elle n'aimait pas des masses jouer la gamme chromatique et je lui ai répondu que dans ce cas, ce n'était pas indispensable de s'y entraîner.

    Mais j'ai des enfants qui adorent ça!

    Que faire!?

    Est-ce que c'est beau une gamme???

    Sinon, il ne faut plus jamais écouter Mozart  ou Beethoven...

    J'ai parfois aussi des élèves qui me disent au hasard d'un passage qu'ils n'y arrivent pas parce que ce passage n'est pas beau.

    Je leur réponds qu'ils pourront en juger quand il le joueront correctement...

     

     


    Ce message a été modifié par Marc Manoël le 21 janvier 2014 17:27:44 CET
    • 6 message(s)
    21 janvier 2014 18:09:10 CET

    Je comprends très bien ce que veux dire Marc. Il faut forcément un corps apte à pouvoir jouer des choses difficiles, vite, complexes ( traits Beethovenien, Etudes de CHopin, etc..), . On peut pas seulement se jeter dans la musique comme ça, sans comprendre le fonctionnement de nos outils, le plus essentiel ( pour moi ), étant l'oreille. Le cerveau doit s'entrainer à entendre un paquet de notes ( gammes rapides, accords riches etc..).

    Mais après, je pense ( à mon sens, ce n'est que mon avis) que nous pouvons éviter de faire le HAnon en entier..Il est très réduit pianistiquement, alors que le mieux ( c'est encore mon avis ) étant de travailler "l'appareil moteur " ( je cite H.Neuhaus) dans des oeuvres de Bach, qui demande des doigts, mais avec un message musical, ou bien Beethoven, MOzart et Haydn. 

    Il faut un juste milieu entre le travail des oeuvres, le message musical et le travail Pianistique, mais pour ça la plupart des musiciens sont ok sur ce point la, je n'invente rien :)

     

    • 19 message(s)
    21 janvier 2014 18:16:49 CET

    Effectivement, je ne connais pas les autres ouvrages dont vous parlez et ça m'intéresse beaucoup.

     

    Savez-vous si je peux les trouver sur internet? 

     

    ceci-dit, un autre intérêt (éventuel) du Hanon dont je reconnais volontiers le peu d'intérêt musical, est qu'il permet de ne pas avoir à travailler beaucoup de notions différentes, ce qui limite parfois la volonté des jeunes. Certes, il ne faut pas s'arrêter là,  mais un enfant content de les jouer correctement, vite, avec égalité, en comprenant leur fonctionnement peut avancer très vite dans ce domaine, ce qui permettra de trabvailler d'autres domaines avec d'autres morceaux.

    • 6 message(s)
    21 janvier 2014 19:52:00 CET

    Oui bien sur, voici le lien pour le recueil d'Oscar Berringer : http://imslp.org/wiki/Category:Beringer,_Oscar

    Par contre, je n'aime pas trop les indications qu'il donne avant chaque séries d'exercices ( fixation du poignet, articulation des doigts etc..). Je vois plutôt ces petits exercices comme des vocalises, avec un phrasé, et une oreille exigeante sur le legato, le dosage de la sonorité etc..

    mais par contre, comme il le dit, travailler chaque exos de manière différentes ( staccato, legato, louré, lent, rapide etc..), et pourquoi pas chercher une sonorité Brahmsienne, Mozartienne etc..

    et ce qui est bien dans ce recueil, c'est le travail de transposition avec le par coeur, pour ne pas être fixer dans les doigts, mais  plutôt dans le son et l'oreille !


    Ce message a été modifié par Arthur de Nanteuil le 22 janvier 2014 09:20:45 CET
    • 19 message(s)
    21 janvier 2014 20:34:42 CET

    Le lien ne donne rien...

    • 6 message(s)
    22 janvier 2014 09:21:30 CET

    J'ai modifié le lien, c'est bon !

    • 19 message(s)
    22 janvier 2014 11:09:04 CET

    ça marche, merci!

    • 2 message(s)
    28 janvier 2014 16:59:42 CET
    Hector Berlioz dit:

    Hanon?  Ah Non.

    A mon a avis il faut un minimum de Hanon, mais vraiment pas trop, car ça devient trop monotone. Je préfère des études de Czerny bien ciblé...

    Hector.

     

    Je ne savais pas qu'Hector s'était mis au piano ! Surtout qu'il n'en aimait pas trop le son ni la caricature orchestrale (à son goût) qu'en faisaient certains pianistes.

    J'espère qu'il continue quand même la flûte et la guitare.....

    • 1 message(s)
    13 février 2014 19:46:32 CET

    Bonjour, j'arrive sur le forum et je ne suis pas très au courant aussi excusez moi si je ne suis pas au bon endroit pour poser une question. Je me suis remis au piano intensément après un arrêt de quelques années. Je fais du hanon chaque jour pour retrouver la souplesse. A votre avis, est-t-il préférable de faire deux fois1/2 heures ou une heure sans interruption d'exercises. En sachant que c'est le temps préconnisé par la méthode Hanon. Merci pour les réponses. eric parain

    • 149 message(s)
    14 février 2014 09:35:09 CET

    Bonjour Eric et bienvenue ! Je ne suis pas certain que le Hanon soit la meilleure manière de "retrouver la souplesse". Il y a tant d'études intéressantes musicalement qui abordent toutes sortes de difficultés techniques que je ne consacrerais pas 1h par jour à Hanon. C'est répétitif et particulièrement ennuyeux. Et de plus, je pense qu'il y a de réels risques de se crisper en les travaillant, à force de répéter la même formule. Pourquoi ne pas jeter un oeil sur d'autres recueils, certains sont évoqués plus haut.

    • 6 message(s)
    5 mars 2014 22:20:12 CET

    Le meilleur moyen pour la détente, c'est de laisser " tomber " vos doigts au fond de la touche, en prenant conscience des sensation et du son. Il faut laisser faire sa main, son bras etc..en gros il ne faut rien faire. C'est compliqué à expliquer cette notion, mais en gros, il ne faut pas se préoccuper de sa main, car c'est cette préoccupation qui bloque physiquement !

    • 3 message(s)
    29 avril 2014 09:28:42 CEST

    Comment expliquez-vous cet intérêt pour Hanon pendant des décennies, même au sein de l'école russe ?

    • 34 message(s)
    29 avril 2014 10:48:38 CEST

    Cher Gilbert, je serais heureux de vous voir développer ce point : je n'ai jamais entendu parler d'un attrait quelconque de l'Ecole russe pour le Hanon. J'avais plutôt le sentiment qu'on travaillait (disons du 19e jusqu'à la fin de la Guerre froide) Moszkowski, Czerny, voire Hummel, Fibich ou Reicha, naturellement Bach, Liszt et Chopin - mais Hanon... un grand déliateur ? Bien cordialement

    • 19 message(s)
    29 avril 2014 12:21:23 CEST

    J'ai eu une élève qui a fait un stage en Chine, et là-bas, on lui en a apparemment fait faire à haute dose...

     

    Actuellement, je le fais travailler à un élève qui joue depuis 8 ans, mais a pris de très mauvaises habitudes avec son professeur précédent.

     ça me permet de lui faire rectifier sa position et son jeu en faisant des exercices qui ne l'obligent pas à réfléchir à autre chose.

    Et je vais lui faire progressivement transposer quelques exercices dans toutes les tonalités (ce qui a mon avis est très intéressant, contrairement à ce que certains pensent, n'ayant manifestement pas vraiment compris en quoi cela consiste..).


    Ce message a été modifié par Marc Manoël le 29 avril 2014 12:23:34 CEST
  • 29 avril 2014 14:03:36 CEST
    Benoit Jambier dit:

    Bonjour,
    J'ai entendu il y a quelques mois une émission du pianiste Philippe Cassard dans laquelle il disait très clairement qu'il valait mieux éviter les exercices de Hanon, que leur étude n'apportait rien.

    J'aimerais beaucoup avoir d'autres avis sur la question car Hanon et Czerny c'est un peu mon passage obligé lorsque je me mets au piano.

    Je suis d'accord avec P.CASSARD: oui éviter les exercices de Hanon afin de fuir les problèmes divers comme "trop de musculation,tendinites etc...." de plus celà sert à pas grand chose dans l'acquisition de l'audition intérieure................... ce n'est que de la "Kiné" de clavier sans grand intérêt: cependant, il semblerait que le Conservatoire de Moscou impose a ses étudiants la mémoire totale du Hanon..... (on remplirait une pièce de 9M2 de recueil technique en tout genre).....la musique n'est pas de la kiné

     

    • 19 message(s)
    29 avril 2014 14:29:56 CEST

    C'est sûr que ça n'a aucun (ou presque) intérêt musical.

     

    Je pense qu'en fait ça peut être utile si on a un peu d'ambition  dans la musique, et du temps à y consacrer.

    ça me semble complètement inutile à des élèves qui travaillent  peu et voient le piano comme un petit loisir.

     

    Mais si on a envie de travailler ses doigts, à condition de ne pas y passer trop de temps (pas plus d'1/2h par jour, sachant qu'on va faire encore du piano pendant au moins la 1/2h suivante), alors là, pourquoi pas.

    • 3 message(s)
    29 avril 2014 14:51:52 CEST

    @Marc Manoël Diriez-vous donc que Philippe Cassard a peu d'ambition dans la musique ?

    @Cyrus Grimaud Il me semble avoir lu cela quelque part mais je peux me tromper... Il semble que Claude Jacquet l'ait entendu dire également. Toujours est-il que si cela n'est pas le cas en Russie c'est en tout cas le cas en France depuis bien longtemps (et maintenant en Chine d'après Marc Manoël). Donc comment expliquez-vous un tel engouement pour ces exercices de Hanon ?

    • 19 message(s)
    29 avril 2014 14:59:14 CEST
    Gilbert Roux dit:

    @Marc Manoël Diriez-vous donc que Philippe Cassard a peu d'ambition dans la musique ?

     

     Vous m'avez compris de travers:

     

    ce n'est pas parce qu'il est inutile aux gens sans ambition  que les gens que ça n'intéresse pas n'ont pas d'ambition.

     

    Je ne dirais rien sur l'ambition de Cassard car je ne le connais pas assez!...


    Ce message a été modifié par Marc Manoël le 29 avril 2014 15:01:38 CEST
  • 29 avril 2014 15:01:49 CEST
    Marc Manoël dit:
    Gilbert Roux dit:

    @Marc Manoël Diriez-vous donc que Philippe Cassard a peu d'ambition dans la musique ?

     

     philippe Cassard est un "bon" même trés bon

     

    • 19 message(s)
    29 avril 2014 15:17:33 CEST

    Vous avez dû prendre mon message en cours car je l'ai vite complété!..

     

    Je ne doute évidemment pas que Cassard soit un bon musicien, mais ce n'est pas le meilleur de tous non plus, et puis ça ne lui donne pas parole d'évangile.

     

    Au reste, j'imagine qu'il ne s'occupe pas de tous les élèves quelle que soit leur motivation et leur sérieux...

     

    Mais il arrive qu'à un age encore jeune, on puisse être attiré par une certaine sorte de "performance" dans le travail et ses effets, c'est le cas de certains des miens, et ça ne me semble pas forcément négatif, mais ça ne m'empêche pas de leur rappeler qu'il ne faut surtout pas s'en tenir là, et qu'il y a d'autres aspects du piano à ne surtout pas négliger.


    Ce message a été modifié par Marc Manoël le 29 avril 2014 15:19:00 CEST
  • 29 avril 2014 15:25:21 CEST
    Marc Manoël dit:

    Vous avez dû prendre mon message en cours car je l'ai vite complété!..

     

    Je ne doute évidemment pas que Cassard soit un bon musicien, mais ce n'est pas le meilleur de tous non plus, et puis ça ne lui donne pas parole d'évangile.

     

    Au reste, j'imagine qu'il ne s'occupe pas de tous les élèves quelle que soit leur motivation et leur sérieux...

     

    Mais il arrive qu'à un age encore jeune, on puisse être attiré par une certaine sorte de "performance" dans le travail et ses effets, c'est le cas de certains des miens, et ça ne me semble pas forcément négatif, mais ça ne m'empêche pas de leur rappeler qu'il ne faut surtout pas s'en tenir là, et qu'il y a d'autres aspects du piano à ne surtout pas négliger.

     

    réponse: pourquoi pas, si le Hanon procure l'inconnu.....pourquoi pas !

     

    • 19 message(s)
    29 avril 2014 15:35:13 CEST

    Il ne faut pas s'arrêter à ce que le Hanon procure ou pas, mais peut-être s'intéresser à ce qu'un professeur peu procurer à ses élèves en utilisant le Hanon...

  • 29 avril 2014 15:41:01 CEST
    Marc Manoël dit:

    Il ne faut pas s'arrêter à ce que le Hanon procure ou pas, mais peut-être s'intéresser à ce qu'un professeur peu procurer à ses élèves en utilisant le Hanon...

     

    exact: un bon prof procure toujours le plaisir aux élèves, j'ai vu quelques de vos vidéos et enregistrements"trés bon" le "Gibet" est bien interprété

     

    • 19 message(s)
    29 avril 2014 16:02:33 CEST

    C'est sympa, merci!

     

     

    • 34 message(s)
    2 mai 2014 12:05:32 CEST
    Gilbert Roux dit:

    @Cyrus Grimaud Il me semble avoir lu cela quelque part mais je peux me tromper... Il semble que Claude Jacquet l'ait entendu dire également. Toujours est-il que si cela n'est pas le cas en Russie c'est en tout cas le cas en France depuis bien longtemps (et maintenant en Chine d'après Marc Manoël). Donc comment expliquez-vous un tel engouement pour ces exercices de Hanon ?

    Cher Gilbert, ce n'est qu'un avis, et je vous le donne en toute franchise, mais je pense que l'attrait typiquement français pour le Hanon provient tout simplement de notre histoire, je veux dire du rôle prééminent (centralisation plus rayonnement national) du Conservatoire de Paris, où Hanon a été très longtemps en usage "officiel" - notamment dans cette période de transition où la facture instrumentale évolua plus vite que les mentalités pianistiques, que modifiaient tant les compositeurs que les interprètes.

    Si bien qu'on en est arrivé à la veille de la Grande guerre à prôner sur l'Erard à cordes croisées de Ravel, sur le Bechstein de Debussy, sur le Pleyel de Cortot, sur le Steinway de Paderewski... l'enseignement d'une technique très articulée, très digitale, parfaite pour Moscheles, Reinecke ou autres dinosaures de l'époque post-pianofortiste, mais en complet décalage avec la réalité. Il est alors idiot d'enseigner Hanon au Conservatoire de Poitiers, par exemple, quand Risler joue tout Beethoven en concert, quand Blanche Selva présente Iberia, quand Stravinsky fait sensation en France, etc.

    Je trouve qu'il y a aussi dans le Hanon un côté positiviste très 19e siècle. Chopin et Liszt ont révolutionné le piano ? L'intuition, le bon sens élémentaire vous dictent la souplesse, l'usage des bras, du poids du corps ? Et alors ?  Hanon est rassurant : en applicant benoîtement sa méthode militaire, en s'astreignant à des heures stériles et non musicales de pure gymnastique digitale, on s'imagine progresser. Le bon idéal du piano féminin, du piano de province, des usines à doubles-croches contre lesquelles tempêtait Yves Nat. Relisez la presse de l'époque. Claudio Arrau qualifiait ainsi ce "vieux piano français dépassé de basse-cour" (témoignage transmis par mon professeur, le Vénézuélien Otto Delfino).

    A mon âge, je peux me permettre de penser ainsi, pour avoir souffert enfant de ce type de conceptions criminelles. Ne manque plus que la pièce de 100 sous que ma grand-mère posait sur le dos de nos mains ! Philippe Cassard, qui lui est un professionnel, traduit bien, en bon disciple de Magaloff et Merlet, ce qu'il faut à mon sens penser du Hanon

     

     

     

     

  • 2 mai 2014 12:33:24 CEST
    Cyrus Grimaud dit:
    Gilbert Roux dit:

    @Cyrus Grimaud Il me semble avoir lu cela quelque part mais je peux me tromper... Il semble que Claude Jacquet l'ait entendu dire également. Toujours est-il que si cela n'est pas le cas en Russie c'est en tout cas le cas en France depuis bien longtemps (et maintenant en Chine d'après Marc Manoël). Donc comment expliquez-vous un tel engouement pour ces exercices de Hanon ?

    Cher Gilbert, ce n'est qu'un avis, et je vous le donne en toute franchise, mais je pense que l'attrait typiquement français pour le Hanon provient tout simplement de notre histoire, je veux dire du rôle prééminent (centralisation plus rayonnement national) du Conservatoire de Paris, où Hanon a été très longtemps en usage "officiel" - notamment dans cette période de transition où la facture instrumentale évolua plus vite que les mentalités pianistiques, que modifiaient tant les compositeurs que les interprètes.

    Si bien qu'on en est arrivé à la veille de la Grande guerre à prôner sur l'Erard à cordes croisées de Ravel, sur le Bechstein de Debussy, sur le Pleyel de Cortot, sur le Steinway de Paderewski... l'enseignement d'une technique très articulée, très digitale, parfaite pour Moscheles, Reinecke ou autres dinosaures de l'époque post-pianofortiste, mais en complet décalage avec la réalité. Il est alors idiot d'enseigner Hanon au Conservatoire de Poitiers, par exemple, quand Risler joue tout Beethoven en concert, quand Blanche Selva présente Iberia, quand Stravinsky fait sensation en France, etc.

    Je trouve qu'il y a aussi dans le Hanon un côté positiviste très 19e siècle. Chopin et Liszt ont révolutionné le piano ? L'intuition, le bon sens élémentaire vous dictent la souplesse, l'usage des bras, du poids du corps ? Et alors ?  Hanon est rassurant : en applicant benoîtement sa méthode militaire, en s'astreignant à des heures stériles et non musicales de pure gymnastique digitale, on s'imagine progresser. Le bon idéal du piano féminin, du piano de province, des usines à doubles-croches contre lesquelles tempêtait Yves Nat. Relisez la presse de l'époque. Claudio Arrau qualifiait ainsi ce "vieux piano français dépassé de basse-cour" (témoignage transmis par mon professeur, le Vénézuélien Otto Delfino).

    A mon âge, je peux me permettre de penser ainsi, pour avoir souffert enfant de ce type de conceptions criminelles. Ne manque plus que la pièce de 100 sous que ma grand-mère posait sur le dos de nos mains ! Philippe Cassard, qui lui est un professionnel, traduit bien, en bon disciple de Magaloff et Merlet, ce qu'il faut à mon sens penser du Hanon

     

     claude jacquet dit:

     

    oh comme je suis d'accord, le Hanon !!! pourquoi pas la technique "rationnelle" de Cortot ou encore les instruments de tortures de 1900 (des billes entre les doigts etc etc......) Czerny oui c'est un peu mieux, Mocheles c'est pas mal, Chopin, c'est super.

    Pour des débutants le Hanon pourrait (.....pourrait!)apporter un renforcement des doigts (...pourrait) mais sans musique.

     à la technique du jeux perlé à la Française je préfère la technique slave ou de l'est basée sur la gestuelle, beaucoup plus adaptée aux résultats d'éxécution moderne et donnant un plus joli son, technique Lisztienne ou Marie-Jaelle.... il y en a tellement!!!

    .... ce n'est pas le doigt qui commande le cerveau mais l'invers.

     

    cl

     

     

     

     

     

    • 10 message(s)
    21 août 2014 08:05:52 CEST

    Bonjour

    Je viens très tardivement sur le sujet, je ne l'avais pas vu! Pour la tehnique pure et dure j'utilise le déliateur. J'aime beaucoup les variantes qui sont proposées en dessous de chaque exercice. Je travaille les exercices toujours au métronome, à la croche, puis à la noire puis ....

    Peut-être que c'est   parce que j'ai travaillé le piano dés le début dessus que maintenant je l'utilise en cours, peut-être!

    Sven